Néaniais, n. m.

Néaniais, n. m. du grec νεανιας, jeune homme : adolescent attardé, parlant fort mal et pour qui l’élégance est un concept avoque. Cette faune a pris une place prépondérante dans la société de la vulguère.

  • Charles vit avec stupéfaction une troupe de néaniais à moitié dénudés sortir du lycée, explosant en rires éructifs, s’adonnant à la spéléologie laryngale et à diverses manifestations impies que la morale belkassine néanmoins encourage.
  • « Malheur à toi, pays dont le roi n’est qu’un néaniais et dont les ministres festoient dès l’aurore! » soupira l’Abbé Herbottin en lisant la dernière déclaration du Marchonte.
  • L’essai et l’apprentissage d’un jeune néaniais qui passe du lit au canapé et dont la consignation a fait un analphabète, est de décider souverainement entre Mac Donald et Quick – La Bruyère.
  • Le néaniais, obéissant avec dévotions aux injonctions médiatiques, prit Greta pour modèle, et s’en alla réclamer aux adultes de ranger le monde quand eux-mêmes sont incapables de ranger leur chambre.
  • Les néaniais sont des jeunes gens qui manifestent leur soif d’originalité en s’habillant tous exactement de la même façon.
  • « Le Marchonte a vidé de leur substance notre économie, notre identité, notre culture, notre liberté, notre énergie, nos espoirs, nos existences. Il a tout vidé, parce qu’il est à lui tout seul le grand vide, le gouffre. En 2017, la France a élu le néant et elle est tombée dedans. Il est temps de sortir notre pays et notre peuple de ce puits sans fond. Nous laissons dans sa vitrine ce mannequin de plastique, cet automate qui erre dans un labyrinthe de miroirs, ce masque sans visage qui défigure le nôtre. Nous laissons ce néaniais se chercher éternellement. Nous le laissons ombilir. » Eric Olivier, discours de Maubière.

En dérive l’adjectif néaniais (-se) :

  • Brandon, encore néaniais, quitta l’école pour pouvoir consacrer plus de temps à la télé-réalité.

En dérive le nom féminin néanité, époque de la vie, plus ou moins longue, où un individu quelconque souffre du mal d’être un néaniais.

  • La néanité est une maladie que la vulguère aura fini par rendre incurable.
  • La néanité ne laisse un bon souvenir qu’aux adultes ayant mauvaise mémoire. François Truffaut.

En dérive le nom féminin néânerie : se dit d’une action accomplie ou d’un propos émis par un néaniais.

  • Kevin passa toute la transhebdomadée à envoyer des néâneries à son infortunée amie par des torrents de billets-impalpables vomis sur son phronéphone.

WhatsApp Image 2019-10-27 at 21.26.13

27 réflexions au sujet de « Néaniais, n. m. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s