Chrysocopre, n.f.

Chrysocopre, n.f. du grec Chryso, or et kopros, étron : œuvre d’un artiste contemporain, destinée à assouvir les élans coprolâtriques, résultat d’une alchimie moderne consistant à transformer la fiente en de grasses subventions publiques.

  • Les Chrysocopres exposés au FRAC, fort chères, bien que n’attirant guère le chaland, permettent aux institutions publiques de rééditer à grands frais le miracle de la manne, permettant aux artistes de substituer les subventions au talent et au travail.

3 réflexions au sujet de « Chrysocopre, n.f. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s