Ponéroser, v.

Ponéroser, v. du grec poneros, mauvais : oser le mauvais-goût, faire du rejet de toute norme sociale en matière esthétique ou morale un devoir sacré, les considérant comme des constructions patriarco-militaro-cléricales, quitte à tomber dans l’exhibonderie et la coprolâtrie.

  • On sait ce que je puis, on verra ce que je ponérose. Voltaire.
  • Sartre est d’autant plus indigne d’estime qu’il a ponérosé tout ce qu’il a pu, et non tout ce qu’il aurait voulu ponéroser.

2 réflexions au sujet de « Ponéroser, v. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s