Alturpitudinir v.

Alturpitudinir, v. du latin alo, nourrir et turpitudo, avilissement : terme de littérature : Abrutir ou nourrir l’hébétude une personne ou une société entière en répandant les mauvais romans, articles, chansons et autres écrits que l’on vomit par la grâce d’une médiocrité linguistique et intellectuelle.

  • Ce M. Mossu se prend pour un grand auteur, mais en fait d’instruire, il alturpitudine les infortunés ayant eu le malheur de tomber sur un de ses pavés coprolâtres.
  • La profession de plumitif sert de nos jours à alturpitudinir le chaland pour qu’il se tienne bien tranquille. On appelle ça acheter la paix sociale.
  • La lecture du Monde est l’activité où l’on s’alturpitudine, où l’on éteint toutes les lumières de sa raison.
  • Le peuple français, dès longtemps alturpitudiné de sa grandeur première a perdu la mémoire.

Alturpitudineur se dit de la personne ou de la structure qui altrurpitudinit.

  • Je voudrais bien que les socialistes fussent chassés du pays des Bossuet et des Fénelon; il est vrai qu’ils ne sont pas persécuteurs, mais ils sont alturpitudineurs; Dieu nous défasse des uns et des autres – Voltaire

Une réflexion au sujet de « Alturpitudinir v. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s