Marchonte, n.m.

Marchonte, n.m, contraction peu habituelle du terme français marcher et du grec archonte, magistrat athénien. Individu étant parvenu, grâce au soutien de la presse unanime à rassembler autour de sa personne, considérée elle-même comme un argument de campagne, une foule indistincte de personnes qui servent audit individu à se saisir du pouvoir.

  • Les Français élirent en 2017 le grand marchonte qui après les avoir fait marcher en mai en sa faveur, les fit marcher en septembre pour qu’il s’en aille.
  • Grâce à ses propos avoques, le Marchonte parvint à s’attirer les bonne grâces d’un public auparavant rhétorrisé par la presse unanime.
  • Au cours de la crise de la vérole couronnée, et de l’assignation à résidence qui découla de l’incurie des pouvoirs publics, le Marchonte démontra sa fatuité et révéla aux catholiques ayant par faiblesse ou aveuglement voté pour lui et son programme ogranisateur qu’il avait perdu toute crédibilité.

3 réflexions au sujet de « Marchonte, n.m. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s