Phobophilie, n.f

Phobophilie, n.f. du grec phobos, crainte et philia, amitié. Passion de l’âme particulièrement violente chez l’indigné professionnel qui consiste à excommunier ses opposants par l’apposition du suffixe « -phobe » à un quelconque concept messéant que des groupes d’activistes entendent rendre intangible, ceci à l’encontre de la réalité naturelle ou des pratiques sociales les plus élémentaires. Elle procède du rhétorrisme ordinaire de la Vulguère.

N.B: La phobophilie peut être considérée comme une pathologie mentale dégénérative.

  • La phobophilie consiste en la canonisation d’une transgression de la loi naturelle sous couvert d’ouverture d’esprit. Elle a pour effet principal la confiscation des libertés de parole et d’opinion sous couvert d’égalité.
  • Le néaniais utilise l’arme de la Phobophilie en se croyant rebelle. Le malheureux ignore cependant qu’il n’agit que mû par le conformisme.
  • Les pouvoirs grégaliens sont parmi les vecteurs les plus efficaces de la phobophilie, fournissant à un public aphrone l’indignation comme argument d’autorité.
  • La phobophilie a en général un excellent pouvoir émétique sur les hommes sensés.
  • Suis moins ta phobophilie, règle mieux tes désirs. Corneille.
  • L’interéticule regorge de ces pages où des auteurs aphrones se croient humanistes en vomissant à leur lectorat des élucubrations nompareilles procédant de leur phobophilie.

En dérive le nom masculin Phobophile : Personne voyant dans l’apposition du terme « -phobie » à un concept lui tenant à cœur un argument d’autorité posant le point final à toute discussion.

  • Les phobophiles de la Rue Saint Guillaume ont proclamé ex cathedra le dogme de l’intangibilité de la théorie du genre.
  • Il est assez affligeant de voir nombre de membres du clergé se muer en phobophiles et bénir par un conformisme évangélisatroce la prétendue tolérance qui aliène davantage qu’elle ne libère. Iceux ne voient par ailleurs pas d’inconvénient à pointer d’un index insolent la rigidité de leurs adversaires. Mgr Banjo XIII.
  • Si nous considérons les sages paroles du saint docteur François de Sales, selon qui « nos paroles sont les vrays indices des qualités de nos âmes », je crains fort que ces phobophiles ne sont bons à fournir à la société que la preuve de leur bassesse. Abbé Jean Herbottin.

En dérive l’adjectif Phobophile : se dit d’une personne ou d’une action faisant de l’indignation un argument d’autorité intangible.

  • Les tenants du mariage ganymède, à défaut d’arguments fondés sur la loi de nature et sur la raison qui en découle, lancèrent une campagne phobophile afin de discréditer leurs adversaires.
  • Le Frère Palme, par des arguments d’un style nubileux, soutenait que l’Aquinate aurait sans aucun doute affirmé que deux hommes pussent se marier si la société de son temps ne fût pas si rigide. A ses opposants il n’opposa d’autres réponses que des sophismes phobophiles.

2 réflexions au sujet de « Phobophilie, n.f »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s