Mendabre, n.m.

Mendabre, n.m., du latin mendacium, mensonge et du suffixe -brium, qui sert à: tromperie diffusée volontairement par les moyens de communication modernes afin d’enfermer les masses dans une geôle mentale où règne l’illusion de la liberté par l’abondance consumériste et le libertinage effréné.

  • Un mendabre bien connu voulut nous faire croire que le 9 novembre, le Mur de Berlin s’était effondré. Après trente ans, nous vîmes qu’en fait, il s’était seulement retourné.
  • Mendabre et rhetorrisme sont les deux mamelles de la presse.
  • Le mendabre est à l’origine de la novlangue.
  • La presse ou l’interéticule aiment à diffuser toutes sortes de mendabres pour justifier les entreprises d’ogranisation.
  • La phobophilie est le dernier – et le plus redoutable – mendabre pour clouer au pilori les opposants à l’égonomie. Il dépasse ses devanciers en constituant une véritable police des arrières pensées.
  • Les agents du régrès de la vulguère aiment à émettre toutes sortes de mendabres pour disqualifier leurs opposants, profitant de leur hégémonie médiatique.
  • Par leurs mendabres, les pouvoirs grégaliens parviennent à appauvrir la langue pour faciliter le contrôle des masses. Les avertissements de Georges Orwell n’auront servi à rien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s